Éducation

ÉDUCATION : Objectif prioritaire parce que « SAVOIR C’EST POUVOIR » (Ernest Renan)

A la rentrée 2015, l’hébergement des élèves originaires de Kibirizi est assuré dans une maison mise à disposition par notre partenaire local : l’ONG congolaise Apetamaco et équipée de vingt-huit lits, matelas et couvertures.

Aux dernières nouvelles, tous les ateliers sont opérationnels : la construction de la salle d’exposition/vente touche à sa fin et une maison attenante au centre a été achetée pour stocker du matériel et offrir des salles de cours aux élèves de deuxième année.

Atelier de couture

Atelier de maroquinerie

Agronomie

Artisanat

En 2014, réalisation d’un film lors de la visite d’AFYA à l’école de Kibirizi
et du Centre de Formation Professionnelle :

En 2013, Afya a financé la construction d’une grande salle polyvalente : bibliothèque et salle de travail, également louée pour des mariages ou autres manifestations. La recette de ces locations est entièrement destinée au fonctionnement de l’école. Mille élèves sont maintenant scolarisés dans cette école. 98% des élèves ont réussi l’Examen National de Fin d’Etudes Primaires.

La même année, avec le concours de  » La Chaîne de l’Espoir « , AFYA a créé dans la ville de Kayna un Centre de Formation Professionnelle reconnu par l’Etat destiné aux enfants de Kibirizi et des environs qui enseigne l’Electricité, la Menuiserie, la Mécanique, la Maçonnerie, la Tannerie, la Maroquinerie, la Boulangerie, la Couture, l’Agronomie, l’Artisanat. L’acquisition d’un savoir-faire reconstitue le tissu social et évite la délinquance ou le recrutement par les bandes armées.

En 2012, l’école est dotée d’une batterie de latrines sèches et d’une adduction d’eau salubre.

« Éducation pour tous » est le deuxième objectif du Millénaire pour le Développement du programme des Nations Unies. « 

Depuis 2010, un groupe cible avait été identifié : les innombrables enfants indigents, souvent orphelins exclus du système scolaire en l’absence de toute ressource financière. Une partie est prise en charge par une organisation locale aux activités diverses : APETAMACO qui gère une école gratuite, aux enseignants bénévoles.
Dans un bâtiment inachevé, sans matériel scolaire, s’entassent des enfants en guenilles privés du luxe élémentaire et indispensable de l’uniforme.

Classes inachevées

Ici : Pas de pupitre on tente d’écrire sur ses genoux

Progressivement, le nombre de classe s’est élevé à dix ; l’école devant faire face à un afflux de déplacés et d’indigents, conséquences des conflits armés qui sévissent dans cette région.

Un atelier de couture équipé de machines à coudre fournies par Afya permet d’équiper les élèves de l’uniforme de tous les élèves du Congo.

Les enfants Avant

Les enfants en uniforme

Le directeur et les vingts enseignants sont rémunérés par AFYA, assurant l’enseignement en deux groupes matin et après-midi.